Entrepreneuriat

Comment passer le cap des trois ans lorsqu’on crée son entreprise ?

cap des trois ans crée entreprise

Passer le cap des trois ans lorsqu’on crée son entreprise n’est pas forcément simple. Mais la bonne nouvelle, c’est qu’en prenant tout de suite les bons réflexes il est possible d’augmenter grandement ses chances de réussite.

Voici quatre conseils qui vous aideront, je l’espère, à construire une boîte solide et rentable

Etudier s’il y a vraiment un marché et tester le marché

Beaucoup d’entrepreneurs se lancent sans faire d’étude de marché. C’est à éviter. Il est important de construire une étude de marché efficace. Une étude de marché efficace ce n’est pas un document d’une trentaine de page compilant des études sectorielles trouvées à la BFN. Une étude de marché efficace c’est une étude de terrain.

Pour faire une étude de terrain, faire des sondages est une bonne option si l’on veille à n’interroger que des personnes faisant partie de notre cible.

De plus, les résultats des sondages réalisés doivent être analysés avec recul. En effet, il y a parfois une grande différence entre ce que disent les sondés et ce qu’ils vont faire en réalité. Certaines personnes vont par exemple dire qu’elles achèteraient votre produit alors qu’en fait ce ne sera finalement pas le cas. Cela peut être parce que ces personnes souhaitent vous encourager mais n’ont pas besoin de votre produit ou service. Cela peut être aussi parce que les personnes interrogées avaient effectivement envie d’acheter le produit au moment du sondage mais une fois le produit sur le marché, elles n’avaient peut-être plus les ressources nécessaires pour l’acquérir ou n’avaient plus besoin de ce produit.

Il faut donc essayer de construire des hypothèses prudentes lorsqu’on effectue des sondages.

Ensuite, ce qui s’avère très intéressant lorsqu’on lance sa marque, c’est de co-construire les produits avec sa communauté. Cela permet d’être sûr que le produit va plaire à un minimum de personnes. Cela permet aussi de fédérer des personnes autour de votre marque. Ces personnes se sentiront proches de votre marque puisqu’elles auront participé à sa construction et risquent fort de parler de celle-ci à leurs proches et de recommander vos produits.

Enfin, une des meilleures choses à faire pour tester le marché est de faire des préventes. Les préventes consistent à vendre les produits et, avec la trésorerie récupérée, à fabriquer ces produits. Cela permet d’être sûr que les produits fabriqués trouveront preneur et cela permet aussi de vous éviter de vous retrouver avec du stock dont vous ne saurez que faire.

Que faire si vous décidez de vous lancer sur un secteur très concurrentiel ?

La bonne nouvelle, c’est que si le secteur est très concurrentiel, cela signifie qu’il y a de la demande. Mais cela veut peut-être aussi dire que l’offre a dépassée la demande.

Beaucoup de créatrices de bijoux se sont par exemple lancées ces dernières années. On peut donc se demander s’il n’y a pas trop de créatrices par rapport à la demande des consommatrices.

Si vous souhaitez vous lancer dans un marché très concurrentiel, il faut absolument que vous soyez différent. Il faut agir différemment, communiquer différemment et créer une communauté qui se reconnaîtra dans votre marque.

Tout le monde n’appréciera peut-être pas ce que vous faîtes mais ce n’est pas grave. Réalisez un sondage afin de confirmer que votre produit plaît à vos clients cibles et lancez-vous.

Mieux vaut posséder une communauté de 1000 personnes très engagées qui achètent et recommandent votre produit qu’une communauté de 10 000 personnes qui achètera votre produit mais pourrait acheter chez une autre marque ensuite.

Soyez créatif et exprimez votre personnalité sont les meilleures façons de vous faire une place dans un secteur concurrentiel.

Prêtez attention à vos marges

La deuxième chose à faire afin de passer le cap des trois ans lorsqu’on crée son entreprise, c’est de prêter attention à ses marges.

La mode est à la transparence et aux marges faibles. Beaucoup de marques se lancent en proposant des produits très qualitatifs à prix serrés. C’est le cas notamment des DNVB comme Sézanne par exemple, qui propose des vêtements fabriqués en Europe à prix raisonnable.

Cependant, ce modèle n’est pas vraiment adapté aux petites entreprises. Ce modèle est intéressant lorsque les volumes vendus sont importants puisque ces volumes permettent de compenser la faiblesse des marges.

Mais pour une petite marque qui fait de faibles volumes, les marges appliquées ne permettront pas de dégager un budget communication permettant de faire grossir ces mêmes volumes. L’entreprise aura donc bien des difficultés à grandir et à dégager un bénéfice suffisant pour être pérenne. Acquérir des clients et, en général, utiliser le marketing payant, coûte cher et il est donc nécessaire de dégager un bénéfice important afin de pouvoir faire appel à ces techniques.

Essayez donc d’avoir des marges confortables au démarrage de votre activité et veillez surtout que vous puissiez proposer vos produits à des distributeurs. Proposer ses produits à des distributeurs, c’est récolter plus de trésorerie en une seule fois. A l’inverse, vendre en BtoC, c’est générer peu de chiffre d’affaires à la fois.

Vendre en BtoB est donc parfois plus simple au démarrage de l’activité lorsqu’on ne possède pas un budget marketing important.

Bien gérer sa trésorerie

Il est fréquent de posséder une trésorerie assez importante au démarrage de son activité, notamment si on a bénéficié d’un prêt bancaire ou d’un prêt d’honneur. Cependant, cette trésorerie a tendance à fondre très vite : il est donc important de prendre tout de suite les bons réflexes afin de ne pas risquer de se retrouver en difficulté. Pour gérer votre trésorerie, construisez un tableau de flux de trésorerie. Celui-ci vous permettra de suivre vos entrées et sorties d’argent mois par mois. Il vous permettra de ne pas être surpris par une échéance comme un paiement de TVA par exemple.

Suivre sa trésorerie est d’autant plus important qu’une fois les financements de départ accordés, il est souvent compliqué d’obtenir un nouveau prêt bancaire ou un nouveau prêt d’honneur (sauf si les chiffres sont très bons).

Préserver sa trésorerie ne veut pas dire qu’il ne faille pas investir, bien au contraire. Ce sont les investissements d’aujourd’hui qui seront à l’origine de la croissance de demain. Vous devez juste avoir une vision la plus précise possible des sommes disponibles.

Ne pas rester seul

La dernière chose à faire afin de passer le cap des trois ans lorsqu’on crée son entreprise, c’est de ne pas rester seul.

Rester seul signifie souvent ne pas vraiment avancer. Beaucoup d’entrepreneurs travaillent beaucoup mais ne font pas véritablement d’actions concrètes afin de faire avancer leur entreprise. Il est vrai que les actions concrètes font souvent peur. Démarcher des distributeurs fait par exemple partie de ces actions concrètes qu’on a tendance à tant repousser. Le souci, c’est que ce n’est pas en naviguant sur internet que votre entreprise va se développer.

Si vous sentez que seul et que vous avez du mal à avancer demandez à vos proches ou à une personne extérieure de vous faire un calendrier des tâches à accomplir.

Vous pouvez aussi dire à cette personne quelle tâche vous allez accomplir prochainement. Le fait de parler ce que vous comptez faire vous engagera auprès de cette personne et vous n’aurez d’autre choix que d’accomplir la tâche en question.

La bonne nouvelle est qu’une fois que vous aurez accompli cette tâche, celle-ci ne vous fera plus peur.

En réalité, pour réussir il faut sans cesse aller de l’avant et sortir de sa zone de confort. Il faut aussi apprendre à passer outre les refus et les accueils désagréables, qui sont inévitables lorsqu’on est entrepreneur.

En résumé : comment passer le cap des trois ans lorsqu’on crée son entreprise ?

Afin de mettre toutes les chances de votre côté, commencez par effectuer une étude de terrain grâce aux sondages. Vous pouvez ensuite passer à la co-construction de vos produits avec votre communauté. Afin de véritablement tester votre marché, n’hésitez pas à mettre en place des préventes.

Essayez aussi d’appliquer, si possible, des marges vous permettant de distribuer vos produits. Gérez votre trésorerie mois par mois afin de ne pas être pris au dépourvu. Enfin ne rester pas seul et faîtes vous accompagner si besoin afin de sortir de votre zone de confort.

Vous pouvez retrouver le podcast traitant de ce sujet juste ici : https://feed.ausha.co/B4d5dsn6JZgp

Vous pouvez aussi retrouver l’épisode sur Deezer, Spotify et Apple Podcast en tapent « Créer son entreprise » dans l’outil de recherche.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *